France

Voir toutes nos vidéos

Le contexte :

Les actions de Fondacio France en matière de lutte contre l’exclusion sont inspirées par plusieurs constats :
Dans notre pays, les personnes en situation de marginalité (exclusion sociale, chômage, fragilités d’ordre psychologique, etc.) sont prises en charge par les services sociaux. Mais cette aide – qui se concentre sur des interventions de type « assistance » - est souvent impuissante à toucher la motivation profonde de ces personnes à sortir de leur situation d’aliénation ou de dépendance.
Les personnes en situation d’exclusion souffrent principalement d’un manque de contacts humains et de considération : les regards des autres, souvent indifférents ou méprisants, les enferment dans leur marginalité et leur solitude.
En conséquence, ces personnes se convainquent de leur inutilité sociale or c’est le sentiment de pouvoir apporter quelque chose à ce monde qui permet aux personnes de sortir de la spirale de l’échec et de retrouver une place dans la société.

Les objectifs :

Forts de ces convictions, les membres de Fondacio ont basé leurs actions auprès de ces publics sur plusieurs points forts :
• Tisser du lien et des échanges dans la durée
• Restaurer la confiance en soi et en ses capacités
• Permettre de retrouver le goût du travail

Les activités :

- Les groupes locaux : tisser du lien sur la durée Les « journées activités »
réunissent tout au long de l’année des groupes de douze à trente personnes nouant des liens solides à travers des activités communes (jardinage, mini-chantiers, visites culturelles, ateliers de pratique créative, etc.). De même, les « groupes de paroles », organisés de manière régulière, favorisent la rencontre et l’échange en profondeur à travers un cheminement collectif.
Notre action se situe dans une logique complémentaire de celle des travailleurs sociaux, tout en agissant en partenariat avec eux. Le but est de créer une dynamique positive à travers laquelle la personne trouvera elle-même, avec l’aide des autres si elle la demande, les clés d’un rapport plus sain à elle-même et à la société. Les propositions des groupes de partage convivial continuent de se développer, apportant une réponse au besoin grandissant de lien social. Ils soulignent toujours plus le désir des personnes en précarité de rompre avec l’isolement. En 2013 : 133 rencontres se sont tenues rassemblant chacune entre 15 et 30 personnes à Angers, Rennes, Versailles, Lyon, Grenoble, Poitiers et Nantes.

-Les Tournées Rues : se faire proche des personnes en situation d’exclusion
Le projet « Tournées rues », à Angers, en partenariat avec le Secours Catholique, envoie trois fois par semaine 35 étudiants dans les rues de la ville. Le but est d’aller à la rencontre des personnes vivant dans la rue, un café ou une soupe servant de moyen pour faciliter le contact. Les volontaires ne proposent rien d’autre que leur personne, sincèrement désireuse de se faire proche de l’autre. La particularité de ce projet est que Fondacio Activités met également à l’œuvre son savoir-faire auprès des jeunes adultes et assure, avec le Secours Catholique, le suivi et la formation des jeunes, en les accompagnants dans leur découverte du monde de la grande pauvreté.

-Les Réveillons Solidaires : Donner du sens au passage à la nouvelle année
En côtoyant les personnes en précarité, nous sommes témoins que nombreuses sont celles qui ne peuvent pas vivre les fêtes de fin d’année dans la joie : personnes isolées qui n’ont ni amis, ni famille avec qui réveillonner, parents démunis qui ne peuvent offrir de cadeaux à leurs enfants, familles éclatées qui ne peuvent se regrouper.
Les « réveillons solidaires » sont une chance, pour les personnes en précarité, de vivre avec joie et convivialité les fêtes de fin d’année, et cela offre l’opportunité de donner du sens à cette fête pour un large public.
3 réveillons réunissant une soixantaine de participants (Angers, Rennes, Versailles).

-Les Chantiers Solidaires : se former et retrouver le goût du travail
Nous constatons souvent que les personnes en précarité ont le désir de trouver/retrouver un travail, une activité mais qu’elles sont confrontées à des difficultés personnelles (respect des horaires, des consignes, méconnaissance de ce qu’elles savent faire ou non, acceptation d’un travail en équipe…). Pour arriver, de manière sereine, vers une activité bénévole ou un emploi de moyenne ou longue durée, elles ont besoin de retrouver des repères, la confiance en elles et dans les autres.
Les « chantiers solidaires » ont pour objectif d’aider ces personnes à faire l’expérience positive d’une activité régulière sur plusieurs jours, à retrouver confiance dans leur capacité et à être accompagnées d’adultes qui peuvent leur apprendre à travailler et leur transmettre des savoir-faire. Notre action se veut un tremplin pour dynamiser la personne et l’inciter à une reprise d’activité bénévole ou salariée.
En 2013 sur Angers et Versailles : 41 journées « chantiers solidaires » rassemblant environ 10 à 15 personnes à chaque fois.

-L’accueil des demandeurs d’asile : tisser de nouvelles solidarités avec les migrants
Depuis juillet 2012, en partenariat avec le Secours Catholique et l’association Dom’Asile - Yvelines, Fondacio accueille sur son site à l’Ermitage, deux demi-journées par semaine, des « demandeurs d’asile ». Tout en leur permettant de recevoir leur courrier et d’être accompagnés dans les démarches administratives à effectuer, l’objectif de notre investissement auprès de ce public est principalement de tisser des liens fraternels pour rompre l’isolement et favoriser l’intégration dans notre pays. Selon les besoins, des ateliers d’initiation au français sont donnés.
Une centaine de demandeurs d’asile accueillis, toute l’année, 2 demi-journées par semaine.

- Les rencontres d’été : restaurer la capacité à se sentir utile, à être acteur de sa vie
Des « camps chantiers » de dix jours ont lieu durant l’été. Ces rencontres regroupent une dizaine de personnes en difficulté, parfois accompagnées de leurs enfants, et une dizaine de personnes insérées socialement. Le groupe campe et restaure un bâtiment. En complément des camps chantiers, des sessions sont organisées pour les personnes plus âgées n’ayant pas la force physique de participer au chantier, avec des activités adaptées. Un travail avec les services sociaux est assuré en amont et en aval de ces camps et sessions. Les propositions d’été se situent comme un relais sur le chemin. Elles sont un temps fort qui peut être suivi de rencontres régulières proposées dans les régions tout au long de l’année.
En 2013 : 5 rencontres d’été ont rassemblé 100 personnes en tout.