A la rencontre de... la Communauté Sant’Egidio

Aujourd’hui, la guerre fait moins horreur car elle est loin de nous, c’est la guerre des autres. Pourtant, elle demeure bien présente et quotidienne pour des millions de gens à travers le monde.

Autour du livre “L’art de la Paix - La communauté de Sant’Egidio sur la scène internationale”, plusieurs intervenants étaient réunis lundi 2 avril au Collège de Bernardins.

Cette soirée a été l’occasion d’entendre l’impact des actions de Sant’Egidio, et à travers elles, de mieux définir son identité.
Fondée en 1968, cette communauté particulièrement proche de Fondacio, peut se caractériser par 3 dons, si l’on en croit Michel Camdessus (à droite sur la photo), gouverneur honoraire de la Banque de France : le pari de l’amitié, une jeunesse “invraisemblablement durable “ et la grâce de la foi.

La méthode de Sant’Egidio pour résoudre les conflits du monde ?
L’amitié, tout spécialement celle avec les pauvres, car “si la guerre rend les riches plus pauvres, elle anéantit les pauvres”.

Sant’Egidio ne désespère jamais de la personne, aussi fermée soit-elle à la rencontre avec l’adversaire.
Dans son travail de médiation, la communauté met en avant ce qui unit et met de côté ce qui divise, comme le souligne justement Clarisse REY, présidente des Grandes Ecoles au féminin (2ème à droite sur la photo).

En s’appuyant sur l’ouvrage “l’Art de la Paix”, Marco Impagliazzo, président de la Communauté de Sant’Egidio (à gauche sur la photo), nous a éclairé sur l’histoire des différentes médiations de paix réalisées au cours de ces vingt-cinq dernières années.

Un tel témoignage invite à mettre en oeuvre une amitié au quotidien, et à développer cette énergie positive dans nos vies !

Pour en savoir plus sur Sant’Egidio, cliquez ici.