Fondacio au CCIC

S’engager au service de la paix, la justice et la dignité de l’homme auprès de l’UNESCO


Hubert De Quercize

Fondacio a répondu en 1998 à l’invitation du Centre Catholique International de Coopération avec l’UNESCO (CCIC) de rejoindre ce réseau d’ONG catholiques pour être avec une trentaine d’autres organismes à dimension internationale « présence et parole chrétiennes » à l’UNESCO, là où se côtoient et travaillent les représentants officiels des 195 Etats membres de l’ONU.

L’UNESCO, agit au service de la paix, de la justice et de la dignité de la personne pour la culture et l’éducation, l’information et la communication, les sciences exactes et naturelles et les sciences humaines et sociales ; des domaines clés pour l’avenir de l’humanité.

Face aux défis de ce début du XXI° siècle, le CCIC, partenaire officiel de l’UNESCO et reconnu par le Saint Siège, association publique de fidèles, propose dans son champ d’intervention une parole de la société civile spécifique. Tous ces membres sont convaincus que la Déclaration Universelle des Droits de l’homme (DUDH) est inséparable de la Révélation en plénitude de la personne et de sa dignité.

Le CCIC : une présence active à l’UNESCO

Le CCIC concerné par les sujets abordés par l’UNESCO assurent, au sein d’une équipe de bénévoles « Veille à l’UNESCO », une présence chrétienne sur place et diffusent auprès de ses membres les informations recueillies au cours des différentes rencontres et conférences. Ces informations nourrissent le travail de réflexion et d’actions de ses membres. Ils sont observateurs, aux Conférences générales de l’UNESCO et aux sessions du Comité exécutif. Ils suivent les événements internationaux décidés par l’UNESCO et les ONG partenaires. Ils apportent leur contribution dans les avis présentés par le CCIC lors de la préparation des stratégies à moyen et long terme de l’UNESCO. Ils interpellent les pays membres sur des situations contraires aux droits Humains fondamentaux. Il participe avec d’autres organisations de terrain à l’élaboration de propositions crédibles qui peuvent être reprises
par l’UNESCO.

Le CCIC : une parole chrétienne sur les thèmes de fond développés à l’UNESCO

Plusieurs commissions internes, initiées en fonction des besoins et des directives de l’UNESCO, apportent, chacune, leur contribution à l’élaboration d’une parole d’espérance fondée sur l’Evangile.

Pour préparer la célébration à l’UNESCO du 70° anniversaire du CCIC prévue au printemps
2017, cinq axes de réflexion et de propositions sont retenus. Chacun d’eux visent à faire émerger une parole propre du CCIC comme contribution à une véritable espérance irriguée par la Bonne Nouvelle dont le CCIC doit être, avec d’autres, le vecteur. Pour chacun d’eux, des événements jalonneront les deux années à venir sous forme de tables rondes ou conférences. Des actes de leurs travaux seront remis à l’UNESCO et largement diffusés sur internet.

Chaque groupe de travail est largement ouvert aux personnes de Fondacio comme aux autres membres des ONG constitutifs du CCIC qui seraient intéressés.

- ­‐ Automne 2015 : Cultures (et religions) : Le découplage souvent revendiqué entre les cultures et les religions ne les vide t’ il pas les unes et les autres de leur sens ?
- ­‐ Printemps 2016 : Environnement, développement durable (et Création) : Que nous disent les figures de la « mission », hier et aujourd’hui, sur la difficile question du rapprochement des cultures ?
- ­‐ Printemps 2016 : Femmes (et Hommes) : La femme, toujours relative à l’homme ou forte de sa spécificité ?
- ­‐ Automne 2016 : Paix (et violence) : La violence est-­‐elle insurmontable et la paix une illusion ?
- ­‐ Hiver 2016-­‐2017 : Technologies numériques (et Humanisme) : Quel nouvel humanisme envisager quand les technologies nouvelles pulvérisent nos repères ?

La coopération de Fondacio au CCIC est une richesse à profit réciproque. Elle lui ouvre largement les portes d’un lieu de réflexion et de décisions universelles qui veut apporter des réponses aux désirs collectifs de rapprochement des cultures, de réductions des inégalités, de lutte contre la grande pauvreté, d’éducation et de formation des jeunes.

La proximité de cet organisme international et multiculturel, dont le siège est installé à quelques kilomètres de celui de la communauté, contribue avec d’autres à légitimer une parole chrétienne à l’UNESCO et de faire progresser, dans l’unité et la diversité, la paix, la justice et la dignité de la personne.

Juin 2015