Podcast de François Prouteau à propos du Forum de la CCIC

RCF: Bonjour François! A l’occasion du forum organisé par le CCIC avec l’UNESCO dont vous avez parlé la semaine passée à cette antenne (sur RCF), vous prolongez votre réflexion aujourd’hui sur les futurs de l’éducation ?

François Prouteau: L’éducation occupe une place importante dans la société. On voit durant ces longs mois de pandémie combien l’éducation est un bien précieux qu’on ne peut mettre au second plan. Car, à travers elle, se prépare le monde de demain. Sans éducation il n’y a pas d’avenir. Apprendre à devenir c’est le sujet même du rapport d’étape sur Les futurs de l'éducation que l'UNESCO a publié en mars dernier.

En lançant une réflexion et en animant un débat mondial sur les futurs de l’éducation à l’horizon 2050, l’UNESCO prend acte de la nécessité de réinventer la manière de penser « l’éducation, l’apprentissage et le savoir », « dans un monde de plus en plus complexe, incertain et fragile ».


On le voit avec la crise climatique et environnementale, et aussi avec la révolution du numérique, des biotechnologies et des neurosciences, comme le souligne ce rapport de l’UNESCO. Cette révolution, son objet et son impact, ont été au cœur de la première session du forum, jeudi dernier, en webinaire, organisé par le CCIC avec l’UNESCO. On pourra continuer de suivre ces débats en ligne sur internet avec ce webinaire organisé par le CCIC.

 RCF: Alors que peut-on dire à ce stade de la réflexion sur les « futurs de l’éducation » initiée par l’UNESCO à l’horizon 2050 ?

Sur le fond, est affirmée l’urgence d’un changement de cap. Un premier pas est de prendre acte des crises profondes actuelles qui secouent le monde entier, « crises sanitaire, de gouvernance, économique et environnementale ». Il faut en même temps « redéfinir l’humanisme pour des futurs partagés », c’est-à-dire "repenser la façon dont nous voyons nos interdépendances les uns avec les autres, mais aussi avec la planète et avec la technologie". Cela nécessite un nouvel apprentissage tout au long de la vie et le «pouvoir régénérateur de l'éducation». Certes, l'éducation ne peut pas tout faire, mais se lancer dans une telle ambition avec les nations du monde est déjà une grande contribution; c'est une source d'espoir.

Sur le plan de la forme, le document diffusé le mois dernier par l'UNESCO est un rapport d'étape, ce qui signifie que dans les mois à venir, d'autres travaux continueront d'alimenter cette réflexion qui vise à encourager de nouvelles contributions dans une diversité culturelle, et différentes manières de concevoir l'accès à la connaissance et à l'éducation, aujourd'hui et demain.

L'UNESCO appelle chacun à contribuer à ce défi: "Nous devons penser ensemble pour agir ensemble et créer les futurs que nous voulons!" 

Les contributions peuvent être soumises via la plate-forme en ligne ou par courriel à futuresofeducation@unesco.org (en arabe, chinois, anglais, français, espagnol ou russe.

« Le processus de consultation mondiale est à présent ouvert ! Toutes les contributions seront soigneusement examinées et alimenteront la préparation du prochain rapport mondial sur les futurs de l'éducation (qui sera lancé en novembre de cette année à l'occasion de la 41e Conférence générale de l'UNESCO) » assure l’UNESCO.